Une solution indispensable

Une solution indispensable

MARLEANET, programme européen de mise en réseau des centres de formation de l’Espace Atlantique piloté par le CEFCM de BRETAGNE, constitue l’amorce d’une « Solution Formation » pour l’Europe maritime.

Parce que :

… le monde maritime est par nature international

La quasi-totalité des entreprises du monde maritime possède une dimension internationale.
Les équipages sont plurinationaux et multiculturels.
Il existe un référentiel mondial en matière de qualification du personnel : le STCW 95*, convention internationale approuvée par plus d’une centaine de pays aujourd’hui.
*Convention on Standards of Training, Certification and Watchkeeping for seafarers : www.stcw.org

… la plupart des futurs métiers liés au monde maritime ne sont pas encore connus aujourd’hui

Les métiers de demain sont la face immergée de l’iceberg. Il y a déjà de nombreux métiers émergents dépourvus de réponse formation appropriée. Pour exemples : quel cursus pour les
techniciens de maintenance de plateforme offshore ? Comment faire à l’avenir pour former les acteurs du pescatourisme, les techniciens des hydroliennes, les pilotes de drones maritimes ?


… il faut améliorer et harmoniser la formation continue maritime

La convention STCW constitue une démarche exemplaire de réflexion commune débouchant sur la mise en oeuvre de normes partagées au niveau mondial.
Très peu de secteurs d’activités peuvent se prévaloir d’une telle concertation à l’échelle de la planète. Mais il convient d’aller plus loin, d’optimiser la valeur ajoutée des centres de formation en termes de compétences et de travail en réseau.


… l’Europe est idéalement bien placée pour le faire

La qualité de la formation continue maritime européenne est mondialement admise. Mais cette reconnaissance n’est pas encore suffisamment formalisée et exposée.
MARLEANET représente l’opportunité unique de franchir une étape clé : apporter au savoir-faire la plus-value du faire-savoir. Il est tout à fait légitime de valoriser ses bonnes pratiques dans un univers ultra-concurrentiel.




… A commencer par sa façade atlantique


Elle se trouve au coeur des principales routes de navigation.
Elle n’a pas d’autre choix que de se rassembler afin de développer et partager des normes de formation et de qualifications professionnelles ambitieuses et innovantes.
Jusqu’à présent, aucun réseau n’existait pour fédérer la soixantaine de centres de formation maritime de l’Espace Atlantique. Grâce à MARLEANET, ce sera chose faite.


… la disponibilité des marins pour la formation continue est une réelle difficulté

Organiser la formation continue dans le monde maritime représente souvent un véritable casse-tête. Les méthodes traditionnelles d’enseignement en salle révèlent leurs limites du fait des contraintes et spécificités liées à l’exercice des métiers à la mer.
En termes d’organisation et de rendement, il était nécessaire de sortir des schémas classiques pour coller aux plages de disponibilité des marins.


… l’utilisation maîtrisée du E-Learning répond à ce souci

Le E-Learning s’est rapidement imposé comme l’une des solutions les plus appropriées. L’Union Européenne en est la première convaincue.
Elle finance le programme MARLEANET à hauteur de 65%. Fort de cette confiance, les centres de formation partenaires vont construire des outils d’enseignement à distance simples d’accès qui permettront aux équipages du commerce, de la pêche, de la Marine Nationale, de la plaisance et de l’offshore d’acquérir des compétences certifiées « made in Europe ».

 

Brève

« Demain la mer » :
un grand débat international déjà engagé


« Comment la formation continue accompagnera les mutations ? » ;
« Se former sur un bateau grâce au E-Learning : rêve ou réalité ? ».
Ces deux questions cruciales pour l’avenir du monde maritime ont déjà été abordées au cours d’un grand débat international « Demain la mer, nouvelles pratiques, nouveaux métiers » organisé lors du lancement du programme MARLEANET à l’occasion du départ de la Transat AG2R-La Mondiale, le 13 avril 2010 à Concarneau.

 

« Nous souhaitons parvenir à une labellisation européenne avec un niveau d’exigence supérieur aux standards internationaux existants, ce qui tirera l’ensemble de la formation maritime vers le haut. La concurrence est forte sur le marché de la main d’oeuvre qualifiée, du matelot à l’officier. La différence se fait, et se fera, sur la compétence des formateurs ».
Alain Pomes, directeur du CEFCM


 

Le programme Marleanet
Une solution indispensable -
Une solution pertinente
Une solution partagée
Une solution durable
Annexes